Dans cette liste, il sera question de produits durables. Ces produits que chacun de nous porte au quotidien, du portefeuille au short en passant par la veste… sauf que ces articles à première vue ordinaires sont très spéciaux et uniques en leur genre. Pourquoi ? parce que les matériaux utilisés vont vous étonner. Innovants, surprenants et même parfois totalement improbables, ceux qui limitent la mode éco-responsable au simple coton bio vont tomber de haut, très haut.

 

 

1. Le sac en piñatex Taikka

On démarre cette wishlist avec un sac main noir texturé de la marque Taikka, spécialisée dans les sacs et les écharpes. Ce sac ressemble à un cuir classique mais en réalité il a été fabriqué… en piñatex, avec des restes d’ananas (on vous avait dit que vous alliez être étonné, et ce n’est que le début), l’intérêt étant ici la durabilité. Minimaliste et facile à assortir pour la vie de tous les jours, il est victime de son succès et se retrouve assez rapidement en sold out alors ne passez pas à côté de cette opportunité.

 

 

 

 

2. Le portefeuille Zvnder

Après de nombreuses recherches et une bourse pour jeunes chercheurs de la fondation Elsa Neuman obtenue en 2015, c’est en 2017 que naquit Zvnder avec l’idée de créer des accessoires dans une matière innovante 100% organique et naturelle. Pour cela, Nina Faber a réalisé ses accessoires avec… des champignons. Grâce à sa douceur au touché, ses propriétés isolantes, antiseptiques et absorbante, Zvnder donne à ses portefeuilles, ses pochettes ou encore ses casquettes, un aspect marbré qui vous permettra de communier pleinement avec la nature et l’aventurier qui sommeille en vous.

 

 

 

 

 

3. Ecovative MycoFlex™

Vous voulez encore une preuve des grands pouvoirs des champignons, vous allez être servis.
Les New-Yorkais d’Ecovative, grâce à des procédés biologiques, utilisent le mycélium (traduction : une composante de la racine des champignons) pour mettre au point des nouveaux matériaux performants et durables pour de nombreux secteurs d’activités dont la mode, la cosmétique, l’industrie médicale et tant d’autres.
Ecovative a des partenaires de choix comme Ikea, Dell mais aussi Stella MacCartney, Nike (composition de la mousse des chaussures).
Qui a dit que la mousse de champignon n’était bonne qu’à être mangée ?

 

 

 

4. Les colorants naturels EarthColors

Patagonia est bien connu depuis plusieurs années des surfeurs et des alpinistes pour leurs vêtements dediés mais l’enseigne dit elle-même avoir une mission, moins connue malheureusement, qui est celle de sauver la planète de l’extinction. Vaste programme. Ils essaient notamment pour y parvenir d’utiliser des tissus respectant l’environnement.
L’association de Patagonia et d’Archroma a accouché d’EarthColors, la nouvelle méthode brevetée d’Archroma pour créer des couleurs conçues avec des colorants naturels.

 

 

 

 

5. Le cuir de peau de saumon

Royal Blush s’est imposée petit à petit comme une des références de la mode verte et a séduit à travers le monde par son style simple et épuré. Demandez à de grandes stars comme Jessica Alba et Amber Sakai (pour ne citer qu’elles) qui portent assez régulièrement des accessoires Royal Blush. La marque utilise du cuir de veau, du coton organique et de l’alpaga dans le respect de l’animal et de l’environnement mais aussi et cela va vous surprendre encore (quoi que, vous avez l’habitude maintenant), du cuir fabriqué à partir de peau de saumon.

 

 

 

 

 
6. La fibre d’eucalyptus 

Si vous aimez coudre ou tricoter, ou s’il pleut tout le weekend et que vous avez épuisez le catalogue de Netflix, Wool and the gang est fait pour vous. Le site propose plusieurs types de fils dont celui en fibre d’eucalyptus, respectueux de l’environnement, biodégradable, et adapté aux végétaliens.
Let’s celebrate.

 

 

 

 

 

7. La fibre de soja

Toujours dans la catégorie des fils on a celui en fibre de soja, c’est nouveau et soucieux de l’environnement, il allie la brillance de la soie et la douceur, chaleur du cachemire tout en donnant au contact de la peau un ressenti équivalent à du lin ou du coton. C’est un mélange de tout ce qu’il y a de meilleur, immanquable.

 

 

 

 

 

8. Le fil de bambou

Pour en terminer avec les différents fils, le fil de bambou n’est pas à négliger avec ses propriétés anti bactériennes et anti-odeurs.

 

 

 

9. InterWoven, le textile à base de plantes

Diana Scherer est une artiste vivant à Amsterdam mais est née en Allemagne. Elle a collaboré avec des biologistes et des écologistes pour former un matériau semblable au textile. Pour réussir cette prouesse, des gabarits ont été utilisés comme moules et les racines des plantes ont été canalisées pour qu’elles se conforment aux motifs. Cela parait difficile à imaginer mais le site de l’artiste regorge de photographies absolument magnifiques et son travail n’a pas manqué d’admirateurs.

 

 

 

 

 

 

10. Les sneakers à base d’algues

Des innovations aussi dans le domaine de la sneakers avec l’Ultra 3 qui est une chaussure au design léger et respirant idéal pour la terre ET la mer fabriquée à base d’algues. L’algue remplace le synthétique et les matières pétrochimiques parfois utilisées dans d’autres chaussures. Cette chaussure avec sa semelle en caoutchouc vous procurera souplesse et adhérence.

 

 

 

 

11. La matière fossile 100% bio

Tierra a développé la première veste au monde entièrement en matière fossile 100% biologique et a logiquement croulé sous les récompenses en plus d’apparaitre dans les radars des médias. Cette veste a donc suscité un grand intérêt de la part du public.

 

 

 

 

12. La biocouture de Suzanne Lee

La créatrice hors norme Suzanne Lee propose une vision radicale de la mode du futur ; elle a acquis la conviction que les organismes vivants peuvent engendrer une toute nouvelle « espèce » de vêtements. C’est ce qu’elle appelle la « biocouture ». Cela consiste à « faire pousser » ses tissus grâce à des micro-organismes vivants. Le procédé qu’elle a mis au point s’inspire du kombucha, une boisson acidulée préparée en incorporant un mélange de bactéries et de levures dans du thé sucré. En se nourrissant du sucre, les bactéries produisent une membrane qui pousse et grandit au fil des jours. Au bout de deux à trois semaines, on obtient un cuir, appelé cellulose microbienne, qu’il faut sécher, mouler, découper et coudre. C’est ainsi que prennent vie les pièces organiques de Suzanne Lee. Réellement fascinant !